Présentation

 

L’ordinateur peut venir en aide aux personnes aphasiques pour la parole, la lecture, l’écriture et les outils de motivation. (This site is also available in English)

 

Photo Roch

L’aphasie (en bref) est le résultat de lésions neurologiques causées par un AVC dans le cerveau au centre de la parole et des communications. L’aphasie a des conséquences diverses selon l’ampleur de l’AVC et l’endroit où il s’est produit dans le cerveau. Quand il touche l’aire de Broca, c’est l’élocution et l’expression orale qui sont atteintes; la personne présente alors des difficultés à s’exprimer. On observe alors des lacunes sur le plan de l’articulation et de l’élocution, une réduction du débit de la parole, des difficultés à trouver le mot juste et la syntaxe des phrases est plus ou moins cohérente, souvent de ‘style télégraphique’. Parfois, l’AVC peut même entrainer la perte totale de la parole.

Quand l’AVC touche l’aire de Wernick, c’est davantage la compréhension du langage qui est atteinte. La production de mots ou de phrases est généralement préservée mais le discours devient logorrhéique et dépourvu de sens.

Toutefois, un AVC touche rarement qu’une seule région bien déterminée, comme celle du langage, et des troubles associés apparaissent tels que : troubles de la mémoire, de l’attention, de l’organisation et de la planification, trouble moteur etc. Lorsque l’AVC se produit dans l’aire de Broca, tout près des aires motrices, les personnes ont très souvent des limitations sur le plan moteur allant de la paresthésie de la main et d’un côté du visage à la paralysie complète de tout le côté droit du corps.

Vous trouverez sur YouTube un excellent vidéo des Hôpitaux Universitaires de Genève intitulé : »Aphasie :à la recherche des mots perdus » Ce vidéo explique le point de vue médical sur l’aphasie, ses conséquences et quelques  moyens de récupération.

Le site traite de mon expérience personnelle avec l’aphasie.

En ce qui me concerne, mon élocution, ma lecture et mon écriture sont affectées. Le côté droit de ma bouche a perdu de la sensibilité, ma main droite a perdu de la force et sa dextérité fine est chose du passé.

Il y a plusieurs façons de réagir à ce handicap. On peut s’isoler, se retirer du monde et attendre que le temps passe ou, au contraire, on peut chercher tous les moyens utiles et nécessaires pour rendre l’handicap plus supportable pour soi et son entourage. À l’extérieur, il est bon de mentionner qu’on a fait un AVC et qu’on parle lentement. Les réactions sont en général sympathiques.

Avec plusieurs mois de thérapie, certaines personnes aphasiques atteignent une ‘’zône de confort’’ où les proches les comprennent plus ou moins correctement. Les efforts pour s’améliorer sont alors moins soutenus et il y a danger de régresser. Est-ce qu’on peut continuer de progresser ou y a-t-il une limite? Pour les personnes aphasiques on dit que les premiers mois de thérapie après l’AVC sont déterminants. Après, les progrès sont plus difficiles. Mais avec de la constance dans les exercices et l’aide de la technologie est-ce qu’on peut espérer plus?

biquille

Pour moi, ma béquille c’est l’ordinateur. En effet, l’informatique offre plusieurs moyens d’aider l’aphasie. Avec l’ordinateur, on peut pratiquer notre diction ou utiliser la synthèse vocale pour faire lire à haute voix notre journal, les courriels et même un livre. Le logiciel Word-Q m’aide à écrire correctement et corrige mes fautes d’orthographes. Les pages suivantes traiteront des différentes expériences que j’ai vécues et qui pourraient être utiles à d’autres personnes. Je suis conscient qu’il existe plusieurs autres méthodes pour aider les personnes aphasiques.

Développer ce site, me permettra de mettre à jour différentes techniques et pourrait m’aider à réaliser divers projets.

Si vous avez des expériences qui se rapprochent de celles décrites dans  ce site, je suis intéressé à les connaître.

Roch Lafrance

rl3.aphasique@gmail.com

Advertisements